Découvrir et voyager

Découvrir et voyager

Terroirs Parisiens de Yannick Alléno - Mutualité - 5ème

Un déjeuner en agréable compagnie à 4 a été l'occasion pour nous de tester l'un des restaurants de Yannick Alléno, l'ancien chef du Meurice rue de Rivoli qui est parti apprendre le russe du côté de Courchevel au 1947. Merci aux organisateurs de nous l'avoir fait découvrir!

Mais Yannick fait comme tous les grands chefs et il décline son nom dans une série de restaurants et de lieux, dont celui de Terroir Parisien qui occupe un coin de la Maison de la Mutualité , rue St Victor dans le 5ème arrondissements.

96ab1a3f107d8ca40ecc3b39a6865768.jpg

Le cadre est moderne et branché, assez chaud avec un plafond bois et des murs taupe (Valérie D aurait elle encore frappé dans cette décoration ??). Formule bistrot de qualité.

L'accueil est aimable et on vous demande souvent si vous avez aimé le plat (la réponse est oui!).

Nous voilà parti sur la carte et ses produits de qualité , tous de la région parisienne (avec les noms des principaux fournisseurs) au mur. Je découvre la brioche de Nanterre, le pâté de Pantin et autres ...

On donne ici dans le terroir de Paris, d'où le nom. 

On nous propose des asperges d’Argenteuil, ce qui émeut l'un des convives qui y vécut jadis...il paraitrait même qu'il y a des figues d'Argenteuil (cela me laisse pantois!)

3 d'entre nous craquent car ce sont les premières de l'année, tout à fait correctes a nombre de 5 (c'est tout?), servies tièdes avec une sauce hollandaise pour 2 d'entre nous et une vinaigrette pour la dernière.

Puis sur le plat après réflexion cela finit par un match nul entre la Matelotte de lotte (allitération gustative)et ses petits légumes et le Pavé de boeuf avec frites en cornet (2 partout après prolongation).

Mes compagnons sont visiblement satisfaits de leur matelote et quant à nous la viande était très tendre et bonne ainsi que les frites. Les portions restent petites, tant mieux nous sommes au régime...

Pour finir desserts corrects sans plus ( 2 tartes fines au chocolat, une brioche Nanterre "perdue" et un Paris Brest pour moi) et cafés.

Le tout arrosé de vin au verre : un Gamay 2013 Première Vendange Henry Marionnet  (il parait qu'il fait un autre vin appelé La Pucelle de Romorantin.. tout un programme!) suffisamment léger pour les âmes sensibles à l'alcool, et pour moi un rouge un peu plus robuste (13,5°) pour m'endiabler : Les Sorcières du Clos des Fées - Côtes du Roussillon - 2012. Vins de qualité allant bien avec les produits.

L'addition de 220 Euros pour 4 nous a paru un petit peu trop élevée au regard du contenu. Mais nous payons ici le nom du Grand Chef.  Marketing quand tu nous tiens...



27/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres