Découvrir et voyager

Découvrir et voyager

Birmanie du Nord Est - Pays Shan et Kayah - Lac Inle

Suite de notre voyage en Birmanie....

 

Jour 13 - Pindaya - chez le peuple Da-Nu  10 février 2020

 

Nous avons quitté notre hôtel de Bagan très tôt après un dernier petit déjeuner pour l'aéroport de Nyaung Oo, car le vol décolle à 9h30

 

Khin toujours très occupée avec les passeports et l'enregistrement de bagages pour que tout se passe bien, nous décharge de ces formalités , merci à elle ! Nous attendons dans l'aéroport international de Nyaung Oo Bagan, on voit les gens avec des masques circuler, pas tous mais un peu plus quand même..

 

Un peu d'attente et nous voilà bientôt sur le tarama en train d'embarquer sur le vol KBZ vers Heho qui va durer 45 minutes , très rapide... mais il aurait fallu 13 heures en car... donc c'est la bonne solution...

 

Nous arrivons à Heho Airport et il faut passer un contrôle des passeports.. étonnant, mais nous sommes en pays Shan et des prérogatives administratives perdurent en Birmanie (au Myanmar) malgré la pacification de cette partie du territoire....les porteurs sont là et transfèrent les bagages vers notre bus garé sur la parking à une centaine de mètres.... premier incident de bagages, la poignée de la valise de Jean et Martine a été arrachée....constat est fait pour remboursement vers eux...

 

Heho, ancienne base aérienne des japonais puis des alliés pendant la guerre abrite naturellement l'aéroport régional qui dessert les grandes villes de Kalaw, Taunggyi et le lac Inle...sans grand intérêt touristique, à part un grand marché régional tous les 5 jours, et ce n'est même pas là que les 7 nains habitent....

 

Nous voici dans le bus en direction vers le nord et Pindaya, la capitale du pays Danu, minorité ethnique descendant des guerriers-archers ....le paysage a changé, nous sommes en altitude à 1180 mètres précisément pour Pindaya....une campagne avec des petites collines et des champs de céréales et de thé vert, des plantations d'ail, de cacahuètes ou de haricots....

 

Notre première halte est consacrée à la fabrique de papier mâché et d'ombrelles, Aung Umbrella... nous assistons à la fabrique du papier faite à la main avec une pâte extraite des muriers sauvages qu'une jeune fille bat consciencieusement devant nous avant de la jeter dans un grand bassin dans lequel une autre trempe un grand tamis de 2m x 2m environ afin de laisser une fine couche de la pâte en surface pour ensuite la mettre sécher au soleil après y avoir répandu des pétales de fleurs multicolores  (la technique ancestrale est similaire aux anciennes techniques d'Europe, ayant moi-même pratiqué lors d'une visite à Amalfi pour fabriquer une feuille de papier que j'ai toujours et que j'ai donnée à mes petites-filles...)

 

Une fois sec le papier sert à fabriquer les ombrelles et nous passons à l'atelier des ombrelles où un artisan confectionne à la main avec du bambou et des outils rudimentaux les armatures des ombrelles ... et la boutique est juste à côté, l'occasion pour nous d'acheter 2 ombrelles pour nos petites-filles et la marchande nous donne un marque page en papier local....nous restons là une bonne heure, ce qui achève la matinée et nous rejoignons la ville de Pindaya et le bord du lac pour déjeuner dans un excellent restaurant local , le Green Tea, avec sur le lac ....

 

Nous voilà partis pour la visite du must local et d'un des musts de notre séjour : la grotte aux 8000 bouddhas - Shwe U Min qui domine la ville au nord ouest... le bus nous y conduit , du moins à ses pieds...une longue entrée en pente d'une centaine de mètres conduit à la porte des chaussures à enlever...c'est là que trône sur la gauche une araignée géante entourant 7 fées avec non loin de là un archer s'apprêtant à la tuer.. c'est extrêmement kitch.. mais cela raconte la légende du lieu...

 

7 fées ailées , des soeurs, vivaient dans la grotte quand une araignée géante les y fit prisonnières en tissant une toile qui les empêchait de sortir... un jeune prince qui passait par là (ô miracle!) tua l'araignée et les délivra avant d'épouser la soeur cadette....

 

Il aurait crié à cette occasion : "Penguya!"  ... ce qui veut dire "j'ai tué l'araignée = pengu en birman"... qui sera ensuite déformé en Pindaya...et voilà pour la légende...

 

Nous voici dans l'ascenseur qui nous évite la montée pénible vers la grotte qui est un lieu de pèlerinage important ....l'entrée dans la grotte provoque un choc très fort avec tous ces bouddhas qui nous entourent... il faut savoir que de plus en plus de bouddhas sont ajoutés par des donateurs....le stûpa central se distingue et daterait du 12ème siècle, les statuts de bouddha ont commencé à fleurir au 17ème...nous nous promenons dans un véritable labyrinthe de bouddha, l'ambiance est tiède et humide et la grotte se prolonge par plusieurs salles dont la plus grande avec une stalactite suintante et noire en son centre que les birmans ont pris l'habitude de toucher....des bouddhas dans tous les sens, toutes les niches, du sol aux parois... bref nous pouvons réentonner en choeur notre hymne : Tiens voilà du Bouddha!

 

IMG_4302.JPG

 

Nous sortons de la grotte et le bus va s'arrêter dans le village en contrebas pour une promenade avec Khin... ils fabriquent des galettes de soja aux racines de ciboulette qui sèchent au pied des maisons , d'une couleur marron clair ... nous en goûtons quelques unes ...on passe la tête au café du commerce local, qui est en fait un petit restaurant avec une cuisine bar au fond et où les locaux mangent à terre en plusieurs cercles...

 

Nous rejoignons enfin notre hôtel, Pindaya Inle Inn en centre ville au sud ouest du lac... de jolis pavillons en bambou sans chauffage, mais avec des lits chauffants...

 

.....après avoir déposé nos bagages comme il n'est pas trop tard nous partons faire un tour du lac avec le groupe de 6, certains renoncent à mi-chemin après quelques photos devant le stûpa et la statut du Bokioke Aung San à l'entrée de la ville, nous poursuivons notre tour avec mon épouse...devant nous à 100 mètres marchent Claudine et Serge d'un pas alerte...nous rentrons à l'hôtel et rejoignons notre pavillon à la tombée du jour....ces deux à trois kilomètres à l'air frais nous ont fait du bien!

 

Une petite vidéo résumant assez bien ce que nous avons vu dans cette journée, après un petit rappel sur le Toddy tree..

 

...le personnel de l'hôtel vient nous voir pour nous expliquer le fonctionnement du lit chauffant et nous apporter en plus de grosses couvertures multicolores avec des grosses fleurs...après une douche un peu délicate car il fait frais nous voilà près pour le diner...

 

En fait nous commençons par un cocktail excellent au bar avec les bande des 6 avant de rejoindre la grande table pour le diner qui est tout à fait correct ....

 

Au lit, nous avions branché les prises et les draps sont brulants, cela aura fait bassiner les lits, on débranche tout .. on ajoute les couvertures et nous voilà partis pour une excellent nuit au frais (et sans climatisation), ça fait du bien....

 

Jour 14 - de Pindaya à Kalaw - les éléphants birmans - 11 février 2020

 

Réveil assez tôt car il y a de a route... petit déjeuner très bon... et nous voilà dans le bus sur la route vers  Aung Ban pour rejoindre le grand axe routier qui va de l'axe nord sud Mandalay Naypiyidaw vers l'est et Kyaing Tong (on dit Chien dong) et le fameux Triangle d’Or aux frontières de la Chine, du Laos et de la Thaïlande. L'accès des touristes y est strictement réglementé...région de randonnées pour trekkers baroudeurs à la rencontre des nombreuses ethnies locales et des forêts de teck...

 

A Aung ban, nous bifurquons vers l'ouest pour traverser un première fois Kalaw, située à 1300 mètres pour commencer à descendre vers la plaine de Mandalay par une large route en pleins travaux d'Hercule (c'est l'axe routier clé vers l'est et emprunté par de nombreux camions, avec un parfum de sud-américaine...). La poussière rouge envahit tout les arbres et maisons alentours , la descente est lente et longue car la vitesse est très réduite ...

 

Nous arrivons enfin vers 10h30 , 28 kilomètres plus loin, sur la droite de la route, à l'entrée du village de Magway (où Claude François n'a pas vécu) pour embarquer sur des petites camionnettes (on aurait pu aller à pied..) qui nous montent très rapidement à l'entrée du Green Hill Valley Elephant Camp, objet de notre visite nature et découverte, écologique du jour....

 

C'est un très joli site avec une colline verte en son centre (comme son nom l'indique) et au milieu coule une rivière (les filles cherchent désespérément Robert Redford et Brad Pitt...)...

 

Ce site a été créé par un remarquable Monsieur Htun Htun Win et son épouse, vétérinaire et aujourd'hui âgé de 80 ans (malheureusement absent car parti soigner des éléphants) pour abriter des éléphants en retraite et où âgés... dommage que nous ne l'ayons pas rencontré!

 

Le jeune responsable local qui parle un français impeccable (il a vécu à Paris) et nous explique le but de cette fondation, la façon dont les éléphants sont soignés, et nous offre une gourde en souvenir du lieu...

 

Il y a 8 éléphants sur le site avec une trentaine de cornacs et guides et leurs familles sur place...les éléphants d'Asie sont plus petits que les africains avec notamment des oreilles plus petites... de mémoire il resterait 3500 éléphants en Birmanie, dont 2000 domestiqués (travail des exploitations de bois) et 1500 sauvages dans les forêts au nord est... mais ces derniers sont en risque d'extinction du fait des braconnages et problèmes sanitaires (on parle de 100 tués chaque année..)

 

Voir plus d’informations sur les éléphants en Birmanie.

 

Nous descendons vers la rivière et les éléphants pour leur donner nous mêmes à manger, un mélange de potirons, palmier et d'un pâte de céréale...ils attrapent avec leur trompe ou nous leur donnons directement dans la gueule... ils sont calmes et habitués....on nous explique ensuite les soins et un éléphant tend chacune de ses pattes à son cornac pour les nettoyer...on nous souligne l'importance des poils de la queue de la bête pour chasser les mouches (poils par ailleurs très recherchés par les braconniers en tout genre...)

 

IMG_4318.JPG

 

Puis nous voilà repartis vers la rivière qui luit sous le soleil, pour aller procéder au nettoyage d'un éléphant avec son cornac, les 3 plus courageux d'entre nous dont Jacques et Serge iront effectivement frotter la bête couchée dans l'eau et stoïque avec un mélange de feuilles .. bel exploit!

 

Le temps est venu de remonter au chalet d'accueil qui dispose d'un joli petit restaurant où nous déjeunons d'un excellent déjeuner local avant d'aller voir le squelette d'un éléphant et la fabrique de papier mâché à base de bouse d'éléphants.. ça ne sent rien....

 

Une petite vidéo qui résume ce que nous avons vu (sprechen Sie Deutsch?)...

 

Vers 14h30 nous voilà repartis pour Kalaw..la même route longue et pénible qui monte cette fois, encore plus lent...

 

A Kalaw nous nous arrêtons au marché local pour une visite libre d'une petite heure... rien de très passionnant, mais c'est l'occasion notamment d'acheter de l'huile essentielle de moutarde recommandée par Khin pour les rhumes et autres affections de la sphère ORL....

 

Le bus nous reprend pour nous monter à l’hôtel Hill Top Villa , qui comme son nom l'indique est en haut d'une colline orientée vers le coucher de soleil avec des petits pavillons individuels en rang, les uns en dessous des autres....premiers soucis domestiques pour certains, car pas d'eau ou toilettes bouchées, Serge et Claudine changent 2 fois de chambre ...

 

Contrairement à son nom, cet hôtel n'est pas Top, loin de là, tant pour les chambres que surtout pour le restaurant et le diner du soir et le petit déjeuner du matin qui sera un peu dérisoire...même pas de cocktails alors qu'ils ont une terrasse magnifique pour le coucher de soleil...

 

Quelques mots sur Kalaw, point de départ des treks, station d'altitude prisée jadis des anglais pour son climat doux et frais et leur permettre d'échapper à la touffeur des étés birmans, ville calme au milieu des collines verdoyantes .. on l'appelait "Pine City" (mesdames on se calme....), la ville des pins...aujourd'hui les riches birmans (corrompus ou pas..) ont remplacé les anglais pour leurs quartiers d'été....des missionnaires ont aussi tenu des écoles jadis, ce qui rend la ville oecuménique qui avec en plus de sa pagode et de ses stûpas, compte des églises, une mosquée et un temple hindou...

 

Une petite visite en vidéo s’impose pour compléter notre court passage....

 

La nuit sera fraîche (10°) ...mais bien couverts nous dormirons bien pour le départ très matinal du lendemain...

 

Jour 15 - de Kalaw à Loikaw en pays Kayah - 12 février 2020

 

Le jour en trop ... c'est un peu la question que nous nous sommes tous posés après l'avoir vécu, et en ce qui me concerne, j'aurais préféré que nous rejoignons directement notre hôtel au bord du Lac Inle pour y séjourner une nuit de plus et pouvoir y profiter d'un peu de repos...

 

La structure du pays en Etats ethniques induit quelques modes de fonctionnement au niveau des transports, les chauffeurs et assistants doivent être du coin où l'on circule....

 

Donc changement de bus en ce matin du 12 février avec un équipage en provenance du pays Kayah, pas très aimable d'ailleurs... mais le pire c'est le bus, trop petit, obligé de rentrer des valises à l'intérieur,  mal entretenu et vieux, un vieux bus chinois recyclé, la climatisation défaillante, très pénible, il fait chaud, on respire mal.. bref on a hérité du bus le plus pourri pour faire la route la plus longue du séjour.... bad luck! ....On va devoir faire avec....

 

Avant de partir de Kalaw, arrêt nostalgie de Khin à la gare où son papa fût chef de gare pour visiter et prendre quelques photos de groupe....pas de train à l'horizon....le train pour Yangon avec changement à Thazi dans la plaine met en tout 26 heures .. merci l'avion !

 

Pour voir la carte des Myanmar Railways cliquez ici.

 

Et nous voilà partis pour 6 h environ (eh oui...) vers le sud en direction de Loikaw, la capitale de l’Etat de Kayah.....

 

Pour essayer de rendre le voyage moins pénible, notre guide Khin multiplie les arrêts, un premier pour observer des buffles qui ruminent tranquillement au bord de la route en liberté, un peu plus loin nous apercevons une 2 buffles qui est très fréquente en Birmanie (on ne verra pas de 2 chevaux..) avec sa charrette et son conducteur qui fait avancer lentement 2 buffles ...

 

Puis nouvelle arrêt dans un village Pa-O (appelés aussi Karens noirs à cause de leurs habits) où une famille est en train de déjeuner en cercle devant leur maison, non loin de là deux autres buffles au regard morne nous observent.....

 

Enfin l'arrêt technique à mi chemin au bout de 3 heures dans une auberge, vendeur de thé local, pour boire un café ou un thé et aussi l'occasion d'acheter et de ramener le thé vert birman à grandes feuilles, dont nous prenons un sachet de 200 grammes. Ne pas confondre avec le thé médicinal qui lui ressemble d'assez près....

 

La route est vraiment infernale avec beaucoup de travaux tout le long qui rendent le parcours très pénible... on voit enfin apparaitre sur la gauche le lac artificiel créé par une retenue sur la rivière qui arrose Loikaw où nous arrivons peu après pour le déjeuner .

 

Loikaw est la capitale de l'état Kayah, région de lacs, collines et rivières assez verdoyante, mais qui n'est pas totalement pacifiée, notamment en allant vers la frontière thaïlandaise ...

 

La ville dispose d'un aéroport, mais je ne sais pas à quoi il sert ...peut être à l'armée ??. Le train y arrive aussi en provenance de Aung Ban... Un musée de la culture Kayah y est également..

 

Nous commençons par un déjeuner traditionnel birman correct (sans la soupe Loikaw...) au Loikaw City Restaurant, situé un peu à l'écart du centre ville que l'on a du mal à repérer, non loin de la statue du père de la nation Aung San..

 

Après le déjeuner, un premier arrêt dans un petit bois toujours dans la ville où se trouvent les mats animistes sacrés des locaux, que l'on appelle gondaï.... cela nous laisse un peu froids après ce que nous avons déjà vus... puis nous partons pour la visite annoncée comme celle d'un village du nom de Dan Bu San avec les fameuses femmes Padaung (ou femmes girafes) , a priori organisée avec le chef de village local (il faut tout faire ici via les chefs de village....)...

 

Une petite demi-heure de route et quel n'est pas notre étonnement quand nous arrivons à un endroit qui ressemble plus à un faubourg de Loikaw, et surtout avec une autre aménagée de 50 m x 20 m, entourée de grillages qui ressemble plus à un espace de foire, avec à l'entrée à gauche - comité d'accueil - des petites filles en groupe avec leurs premiers colliers de futures femmes girafes et ensuite une série de boutiques de souvenirs locaux de part et d'autres d'une grande allée, avec dans l'une d'elles une femme girafe et tous ses colliers... on propose même à nos femmes de mettre un faux collier (coupé par le milieu....)....le sentiment d'être dans un zoo nous oppresse et un vent de révolte et de rébellion souffle parmi la plupart d'entre nous qui refusent de prendre des photos et font part à notre guide de leur désarroi et désapprobation devant ce spectacle... où l'on sent un peu trop clairement que le chef du village essaye de se faire de l'argent avec les tours opérateurs qui passent dans la région...

 

Khin va alors de sa propre initiative, qui est la bienvenue, nous proposer une autre visite dans un village beaucoup plus éloigné de Loikaw, où après une route plus longue qui s'enfonce vers les montagnes après avoir longé le lac artificiel, nous arriverons de nouveau dans un village, cette fois-ci nettement plus traditionnel, mais toujours avec l'accord du chef de village, pour nous y promener et aller à la rencontre de 2 femmes padaung assez âgées (plus de 60 ans) avec leurs époux, dans leurs maisons.....

 

IMG_4334.JPG

 

Des enfants espiègles courent dans les rues et s'amusent avec nous, parmi eux quelques petites filles avec leurs premiers colliers...

 

Sentiment d'être dans un cadre un peu moins surfait et occasion de parler avec l'une d'elles qui nous explique qu'elle a 4 filles dont une seulement continue de porter les fameux colliers.. les choses vont quelque part dans le bon sens....mais elle tient quand même une petite échoppe touristique et vit grâce au passage des touristes qui lui achètent ses objets traditionnels....

 

Une courte vidéo pour compléter cela...

 

Comme l'évoque très bien le Guide du Routard, la tradition de ces femmes aux colliers (Padaung ou "long neck ladies" ou "femmes girafe") commence tôt avec les petites filles de 5 à 6 ans, quelques anneaux (3 ou 4), puis en grandissant on ajoute progressivement des anneaux ainsi que sur les bras et les jambes dont le poids peut atteindre 20 à 30 kilos et provoquent au niveau du cou, un affaissement des clavicules avec de graves conséquences physiologiques...

 

Bien évidemment, on essaye d'habiller cela par des légendes plus ou moins crédibles, comme celle qui raconte que le collier protège les femmes des attaques de tigres (qui attaquent à la gorge...).. la raison semblant plutôt être un signe de richesse ostentatoire....

 

Le problème actuel est que beaucoup de ces femmes et de ces tribus sont parties en Thaïlande du fait des rebelles locaux qui les chassaient, et la Thaïlande s'est mise à en faire un business touristique...pour  les faire revenir en Birmanie progressivement depuis une certaine pacification de la région, les birmans font de même en créant aussi un business touristique pour qu'elles puissent revenir et en vivre...

 

On reverra d'ailleurs le lendemain l'une d'entre elles en train de vendre ses objets au bord du lac artificiel ....il parait même que certains restaurants du lac Inle les exhibent (nous avons heureusement échappé à cela....)

 

On sent que nous sommes face à un problème délicat politiquement, et à une tradition qui heureusement se perd avec les nouvelles générations, mais que le tourisme tend malheureusement à faire perdurer, les parents y voyant une source de revenus, car ce sont des tribus très pauvres.....

 

C'est pourquoi, je reviens à mon introduction de cette journée, nous aurions pu et quelque part dû nous abstenir et aller directement au bord du lac Inle...

 

Nous finissons la journée par la route assez longue qui nous conduit à notre hébergement, un très bel hôtel avec bungalows - le Demoso Lodge - qui donnent vers l'ouest et le coucher du soleil auquel nous assistons dans le calme, pour nous remettre un peu de nos désagréments de la journée...

 

Apparemment tenu par des chinois, nous prenons une bière en attendant le dîner qui va commencer par un incident....la patronne indique que nous n'avons pas de diner réservé, alors que notre guide leur a bien remis les bons de diner plutôt dans la soirée... après protestations et appel de la guide qui ne couche dans le même hôtel, nous avons en attendant un peu longtemps droit à un diner très frugal et de qualité très moyenne.... comme le sera le petit déjeuner le lendemain...

 

On regrettera donc que dans un tel lieu où l'écrin est très beau, son contenu culinaire soit aussi médiocre....

 

Jour 16 - Loikaw puis pirogue : lac Sankar et Tharkaung et lac Inle - 13 février 2020

 

Nous voilà repartis pour une visite rapide de la pagode Taung Kwe de Loikaw qui se trouve sur 2 petits pitons rocheux reliés entre eux par des passerelles...pas exceptionnelle après ce que nous avons déjà vu, elle a le mérite d'offrir un point de vue large et dégagé sur le paysage environnant.....

 

IMG_4357.JPG

 

Second arrêt rapide au marché local d'une demi heure environ, rien de très nouveau ni de tribus ou femmes habillées en tenues locales... juste l'occasion de me casser la gueule.... car il y a des rigoles larges entre les allées que parfois on ne voit pas quand on regarde vers le haut et pas ses pieds...plus de peur que de mal ...une légère contusion à la main gauche et je suis sauvé par Joëlle qui a des pilules d'arnica homéopathique....

 

Bus et troisième arrêt le long du barrage du lac artificiel, où nous revoyons la femme girafe de la veille en train d'installer son échoppe... il est encore tôt....

 

Un aperçu plus complet de Loikaw lors d’une fête locale, grâce à cette vidéo un peu plus longue...

 

Encore une bonne heure de bus et nous arrivons à l'embarcadère des pirogues où nous sommes regroupés par 4 avec nos valises chargées à l'avant, et dotés d'eau pour boire et d'ombrelles pare soleil et pare éclaboussures ...

 

La pirogue avance vite vers le nord sur le lac Sankar (ou Sagar),  très large au début avec les oiseaux qui s'agitent puis progressivement qui se resserre avec les jacinthes d'eau qui envahissent ses rives.....

 

Il fait beau, chaud mais le vent nous enivre ainsi que le paysage magnifique qui s'offre à nous....on passe devant une pagode au bord du lac avec un stûpa doré à l'arrière et un bonze qui nous regarde ou médite, et un magnifique arbre en fleur à l'arrière... le chauffeur a réduite le moteur pour préserver la tranquillité du moine et ce moment de grâce.. photos!

 

Un petit film qui nous montre que l’on peut profiter du lac Sankar (ou Sagar) en paddle aussi...

 

La pirogue est repartie et nous apercevons quelques maisons de pêcheurs ou cultivateurs au bord du lac sur leurs pilotis qui semblent flotter dans le paysage, nous arrivons enfin au bout du lac après 2 bonnes heures pour la visite du monastère de Tharkaung, très peu fréquenté par les touristes, bien qu'accessible depuis le lac Inle, mais assez loin au sud....

 

On commence par la visite d'une distillerie familiale d'alcool de riz, on assiste à sa décantation avec les alambics locaux... puis on goûte la version 40 ° ... ça va ! puis celle à 60° ... là ça arrache franchement...heureusement quelques petits gâteaux sont là pour accompagner....

 

Nous voilà repartis à pied pour une marche d'une demi heure vers le monastère au nord, on passe par le village et devant une petite maison qui font des galettes locales qui sèchent au soleil... on goûte en passant... puis le long d'une école où les enfants s'égayent et jouent dans la grande cour.... et nous arrivons au Monastère de Tharkaung et ses 236 stûpas (selon le Routard, je ne les ai pas comptés....) dont certains datent du 17ème siècle...

 

IMG_4367.JPG

 

Lieu assez magique qui sied à la méditation, au bord de la rivière qui s'est resserrée avec les jacinthes d'eau, on aperçoit les petites montagnes à l'est et le village en contre bas, et aussi à l'ouest les montagnes après la petite plaine..

 

On déjeune sur place dans le monastère avec des cuisiniers venus d'une village proche pour nous faire un repas tout à fait correct et agréable à l'ombre et avec le vent léger qui souffle.. pas d'alcool ni de bière... nous sommes dans un monastère bouddhiste quand même !

 

Le départ traine un peu, notamment à cause de quelques uns qui n'ont pas su trouver les toilettes les plus proches et ont tenté de repartir vers la distillerie qui n'est pas à côté.... Khin pourtant impavide et calme pendant tout le séjour est à la limite de l'énervement....car il faut du temps pour aller jusqu'à l'hôtel qui est tout au nord est du lac Inle où nous ne sommes pas encore...

 

On aurait aussi pu faire la visite depuis notre hôtel du lac Inle comme le montre ce film....

 

Et en effet nous partons à 15h45 pour arriver à l'hôtel au crépuscule à 17h45.. il était temps...

 

La pirogue suit d'abord la rivière pendant un long moment qui fait des méandres larges entre les jacinthes d'eau....on aperçoit de temps en temps un buffle attaché à un étrange système avec contrepoids, balancier et corde pour qu'il ne s'échappe pas de son lieu de broutage au bord du fleuve....

 

Les villages se densifient petit à petit, nous passons à Maingpyo puis à Naung Daw à l'embouchure sud du Lac Inle où nous reviendrons demain, le lac long de 20 km s'élargit vers le nord, il fait du vent et le piroguier prend de la vitesse, les ombrelles jouent leur rôle de pare éclaboussures....

 

La pirogue suit à pleine vitesse l'autoroute centrale du lac marquée par des piquets de bambou sur des petits tas de jacinthe, on croise régulièrement des pirogues qui vont vers le sud....

 

Le soleil se couche petit à petit à l'ouest du lac, l'occasion de shooter plusieurs couchers de soleil que nous trierons au retour.....la route se fait longue et l'atmosphère fraîchit, les couvertures données sur a pirogue entrent en jeu... le lac se resserre progressivement vers le nord .. c'est sans fin .....nous voguons en direction de Nyaung Shwe au nord-est du lac...

 

A un moment le piroguier oblique sur la droite et pénètre dans un étroit boyau d'eau au milieu des jardins flottants, et des jacinthes d’eau...on approche... mais pas encore.. de nombreux zigzags... on tourne de nouveau à droite vers le sud... il commence à faire presque nuit... et enfin sur la gauche apparait le panneau Sanctum Inle Resort... notre hôtel! ... encore une petit quart d'heure vers l'est cette fois-ci et nous arrivons à l'embarcadère au pied de l'hôtel... où un groupe d'italiens discute un peu plus haut.....

 

Débarquement des 4 pirogues : 15 voyageurs + le guide... débarquement des bagages... ils sont bien tous là.. et en route vers le lobby de l'hôtel pour l'accueil.....

 

Cadre magnifique, piscine en débordement au bord du lac devant la salle pour les repas... nombreux bâtiments avec les chambres dans un jardin verdoyant remplis d'arbres locaux... c'est très beau...

 

Nous sommes accueillis par Baptiste, un compatriote de 35 ans environ, qui est le Directeur Général du Sanctum Inle Resort, très sympathique... boissons et informations... un petit mot personnalisé avec nos clés de chambre...le lieu est classieux...nous rejoignons nos chambres....

 

Cet hôtel mérite une visite vidéo, j’ai choisi un de ses films promotionnels....

 

Magnifique chambre très vaste avec grande salle de bain et douche et belle terrasse ... nous ne pourrons hélas pas, faute de temps, tirer parti au mieux de ce bel endroit et notamment de sa piscine et de son spa....mais pour le moment c'est la douche et un moment de repos sur le lit kingsize...

 

Voici le must des hôtels du voyage avec le Suggati de Moulmein...

 

Nous nous sommes donnés rendez vous avec la bande des 6 au Cloister Bar pour un cocktail vers 18h30....quand nous y arrivons les premiers, il est bourré d'anglais... (damned!).. heureusement nous récupérons une petite table pour attendre et accueillir les autres... excellents cocktails....cela fait du bien...

 

Nous rejoignons ensuite le diner prévu au Refectory à 20h , qui n'a rien d'un réfectoire, très beau décor boisé et chaleureux, sous forme de petites salles pour les groupes ou les individuels, et nous nous retrouvons à une table pour nous 6, les autres membres du groupe s'étant déjà installés à une première table....non loin de nous,  à la troisième table groupe, les italiens qui parlaient le long du débarcadère à notre arrivée....

 

Excellent diner et nos premières bouteilles de vin du voyage, nous choisirons le Chili avec une bouteille de Chardonnay 2016 et de Merlot 2015 de Chateau Los Boldos - The Spirit of Cachapoal Andes - tous deux excellents pour accompagner les plats....

 

Il est temps de se reposer car demain nous partons tôt dès 8h à la pirogue pour explorer le lac Inle et ses alentours...

 

Jour 17 - Lac Inle: pêcheurs, jardins flottants, orfèvrerie, tissage, cigares - 15 février 2020

 

Le lac Inle est menacé par l'afflux de tourisme engendrant une suractivité du trafic de pirogues qui induit de la pollution, dans un contexte de très faible traitement des déchets...la construction de très nombreux hôtels, notamment par les militaires avec des capitaux chinois ont aggravé la situation.. mais désormais à Nyaungshwe la grande ville au nord est du lac  on ne plus construire de nouveaux hôtels... et par contre un certain nombre d'hôtels font eux mêmes des efforts important sur le plan du respect de l'environnement...

 

Une vidéo globale pour vous donner un premier aperçu...

 

Après un excellent petit déjeuner très varié et robuste...

 

Nous allons à la rencontre du peuple du lac : les Inthas, dont on connait mal l'origine...arrivés vers les 12ème ou 14ème siècles fuyant la guerre avec la Thaïlande ? Les Shans étant déjà sur place et dans les montagnes alentours, ils choisirent de s'installer près du lac en exerçant de nombreux métiers dont en plus des pêcheurs, les tisserands, les orfèvres, les menuisiers, les maraîchers ou les rouleuses de cheerots (les fameux cigares birmans)... que nous allons tous voir à l'oeuvre...

 

La visite commence par la rive est et les jardins flottants qui s'étendent sous forme de bandes parallèles le long de la rive séparées par des petits canaux, comme une petite Venise entièrement verte, avec de temps en temps un maraîcher en action sur sa pirogue ou directement sur terre....beaucoup de tomates petites et excellentes sont cultivées et produites ici...

 

IMG_4386.JPG

 

Les jardins sont constitués de bandes de jacinthes et d'herbes mêlées qui se sont formées naturellement le long du lac, mais les locaux les retravaillent en ajoutant des algues et de la terre argileuse provenant du fond du lac (on les a vu creuser à la main et récolter la terre dans des petits sacs accumulés et ramassés ensuite). Fixées ensuite au fond par des pieux de bambou, c'est un véritable paradis de primeurs : salades, potirons, courgettes, haricot et en premier la tomate...qui approvisionne d'ailleurs tout le pays...

 

Puis nous voilà partis vers le centre du lac et l'observation des pécheurs et de leur technique de rame et de pêche si particulière....avec leur grand panier mais aussi leur bâtons pour rabattre les poissons vers le filet en se mettant à plusieurs ....2 pêcheurs nous attendent pour faire les photos et exécuter leurs gestes traditionnels.. c'est un peu convenu, mais c'est beau au lever du soleil de les observer dans le calme...

 

Nous repartons vers la rive ouest et les jardins flottants de Kela, puis vers l'atelier d'orfèvrerie dans le village d'Ywama....nous arrivons chez Shwe War Win .. embarcadère, accès rapide à l'étage où l'on peut voir les artisans travailler l'argent à la main pour réaliser différents bijoux et objets....un joli magasin derrière pour acheter des cadeaux (bracelets pour nos petites filles) en négociant un peu mais raisonnablement car le prix est modique au vu du temps passé pour faire les bijoux....

 

Nous poursuivons notre route en pirogue vers le sud du lac pour prendre, après avoir laissé sans la visiter la pagode Hpaung Daw U, un bras de rivière vers l'ouest qui de mini barrage en mini barrage avec des légères montées de l'eau à chaque fois nous emmène vers In Dein, un village traditionnel avec un marché, et peu après l'entrée de la pagode Shwe In Dein qui commence par un très long passage couvert de 700 mètres de long bordé des 2 côtés par les marchands du temple et boutiques de souvenirs pour touristes...

 

...sur la droite d'abord visite des ruines de stûpas en briques envahies par les arbres qui font penser à un mini Angkor, puis un peu plus haut sur la gauche une véritable pépinière de stûpas blancs, rouges en briques ou dorés qui remonte jusqu’à la pagode ...des centaines de stûpas certains refaits ou neufs (dons de personnes ou d'entreprises pour gagner des mérites...) d'autres en ruines... c'est impressionnant ... il y en a plus de 1000 en fait de répertoriés.....nous nous y promenons et la guide nous donne un point de ralliement pour rejoindre ensuite la pagode après le déchaussage habituel....

 

IMG_4395.JPG

 

Un petit bouddha doré trône au centre de la pagode avec des birmans en prière à ses pieds...sur la droite nous sortons sur le terre plain carrelé où un chien alangui repose et dort...

 

....puis nous nous dirigeons vers un petit bâtiment qui abrite un tout petit stûpa en or qui aurait été initialement construit 300 ans après la mort de Bouddha (soir environ plus de 200 ans Avant JC)... on a un peu de mal à y croire ... et ce par l’empereur de Ceylan Ashoka The Great, adepte du bouddhisme Theravada (dit du petit véhicule)...Ashoka avait construit alors un empire allant de l'Afghanistan au Bengale et toute l'Inde...

 

... le roi birman Narapatisithu l'aurait reconstruite, et le roi Alaungsithu son grand-père serait venu ici en pèlerinage au 12ème siècle et y mettre par dessus son propre stûpa...

 

... il est temps de repartir pour aller déjeuner, nous admirons l'habileté de notre piroguier pour passer les petits barrages dans l'autre sens tout en souplesse pour amortir la chute de la pirogue à chacun...nous allons vers le sud en direction du lac Sankar pour rejoindre sur la droite un peu après Nam Pan notre restaurant par un petit bras de rivière, le Inle Heritage House....nous sommes arrivés les premiers et nous attendons les autres ...

 

... Excellent déjeuner qui se classe parmi les meilleurs déjeuners du séjour... dans un cadre agréable et luxuriant... suivi d'une visite du boutique shop très bien achalandé d'objets de qualité , visiblement fait par des designers locaux qui ont du goût... on finit par la visite de l'asile local pour les chats birmans... une assez grande pièce plus un petit jardin où se trouvent des chats birmans en assez piteux état, il faut le dire...je m'attendais à mieux... en fait assez pelés, à poil court et au visage en triangle... cela n'a rien à voir avec ce que l'on nous vend comme chats birmans en occident (ceux qui sont poilus et ressemblent à des siamois en couleur de pelage....).. étonnant et décevant.. je vais demander à mon fils en rentrant...

 

... c'est l'heure du retour et nous avons droit à la visite des artisans, d'abord le tissage de lotus et soie, assez moyen dans l'ensemble, et cher sur les produits proposés... puis la fabrique de pirogues, mais sans l'artisan, donc on ne voit rien que des ébauches de pirogues taillées dans les troncs d'arbres... et enfin la fabrique de cheerots (les cigares birmans) avec les "rouleuses" d'un intérêt très limité (même pas roulés sur la cuisse..)

 

Une autre vidéo de jeunes routards américains pour donner un autre aperçu du lac Inle et de ses artisans sur une grande journée de visite commencée à l’aube...

 

...en fait nous avons tous un peu ras le bol et on aimerait bien profiter de l'hôtel sauf que nous sommes au bout du lac et qu'il va falloir refaire ce qu'on a fait hier en arrivant, car nous ne repartons de Nam Pan que vers 15 heures soit une arrivée à l'hôtel à 16h45, bien trop tard pour profiter de l'hôtel ....d'où mon regret antérieur de ne pas avoir omis Loikaw et d'être venu directement à cet hôtel....

 

Cela nous donne le temps de nous reposer un peu dans notre chambre après la douche en attendant le cocktail vers 18h45  où nous récupérons une plus belle table pour notre bande avant d'aller diner vers 19h30, le diner est comme la veille tout à fait excellent... repus nous allons nous coucher pour profiter de notre dernière nuit dans le kingsize bed...(coupé au montage..)

 

Une dernière vidéo pour rêver au lac Inle, à la vie simple de ses habitant, à ses marchés locaux et avec un cours de cuisine locale pour finir....

 

 

A suivre...Demain c’est le retour vers Yangon pour la fin du séjour... déjà.. cela passe si vite...

 

 



16/04/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres